Biographie

Née en France, d’un père français et d’une mère coréenne, Irène a grandi au Japon, en Indonésie, et à Hong Kong avant de rentrer en France à l’âge de 11 ans.  Depuis la fin de ses études au Conservatoire Supérieur de Musique de Paris et à la Kronberg Academy, Irène se fait connaître pour l’intensité de ses interprétations et pour son vif intérêt à combiner des œuvres peu connues à celles centrales du répertoire.

Remarquée pour “sa maîtrise du phrasé et de la dimension dramatique” (Diapason), “son infinie délicatesse” (Le Populaire du Centre), et “sa virtuosité époustouflante” (ResMusica, Prades), Irène a remporté de multiples concours internationaux et est une interprète régulière de concerti, récitals et de musique de chambre.

Parmi les événements forts de ces derniers mois figurent ses débuts avec le Royal Philharmonic Orchestra dirigé par Jamie Philips, un récital en live-streaming au Wigmore Hall avec Steven Isserlis et Mishka Rushdie Momen, interprétant le Trio en mi bémol de Schubert lors du premier concert de soirée avec public post-confinement, et un concert de Gala à la Philharmonie de Paris avec Khatia Buniatishvili.

Ses engagements pour la saison 2021/2022 incluent ses débuts avec le Royal Northern Sinfonia sous la baguette de Janusz Piotrowicz, un récital solo au Wigmore Hall avec le pianiste Ariel Lanyi, et plusieurs concerts à Lucerne avec Steven Isserlis et Connie Shih à l’occasion d’un festival Saint-Saëns. Elle sera en Norvège en Avril pour le Norsjo Chamber Music Festival, et retourne au Krzyzowa Chamber Music Festival en Août et l’Open Chamber Music à IMS Prussia Cove.

Irène s’est largement produite en Europe, donnant des récitals dans les principales salles et festivals incluant Théâtre des Champs Elysées, Salle Gaveau, Dresdner Kulturpalast, Sommets Musicaux de Gstaad, Fondation Singer-Polignac, Kryzowa Chamber Music Festival, Festival de la Roque d’Anthéron et Les Folles Journées.  

Ses apparitions en soliste incluent le Dresdner Philharmonie et la Kremerata Baltica collaborant avec des chefs tels que Maxim Emelyanychev et Michael Sanderling. En 2017 est sorti son premier CD ‘Poèmes’ pour Mirare/Harmonia Mundi.  

Irène est également apparue avec L’Orchestre d’Auvergne (dirigé par Roberto Fores Veses) et le Sinfonia Varsovia (dirigé par Robert Trevino) au National Forum de Tokyo, au Japon.  

Demandée comme partenaire de musique de chambre, Irène a participé au Festival de Pâques de Deauville, Les Vacances de Monsieur Haydn, au Centre de Musique de Chambre de Paris, aux Festivals de la Kronberg Academy, Krzyzowa Chamber Music festival, et à l’Open Chamber Music d’IMS Prussia Cove, se produisant avec des musiciens tels que Gidon Kremer, Ferenc Rados, Christian Tetzlaff et Martin Helmchen.

Pendant ses études Irène a remporté plusieurs prix de concours incluant celui de Révélation classique de l’Adami et le 1er prix du 46ème Concours International Instrumental de Markneukirchen.  Elle est reconnaissante pour le merveilleux soutien de l’ArteMusica Stiftung à Frankfurt et est une des nouvelles artistes de la fondation suisse Gunther-Caspar Stiftung pour les trois prochaines années.

* * *

Irène débute le violon à Hong Kong à l’âge de sept ans. De retour en France en 2003, elle étudie avec Jean-Jacques Kantorow, Suzanne Gessner, puis en 2008 au CNSM de Paris avec Roland Daugareil et Daria Hovora. En 2013, elle obtient son Master mention très bien à l’unanimité avec félicitations du jury, et est nommée Révélation classique de l’Adami.

En 2009 et 2010, Irène obtient le 1er prix à l’unanimité ainsi que le prix du public au Concours International de Violon d’Avignon, deux prix spéciaux lui sont attribués à la 1ère édition du Concours International de Violon de Mirecourt: “Personnalité la plus remarquable”, et “Meilleure interprétation de la sonate française” pour son interprétation de la sonate de Poulenc. Elle remporte, en mai 2011, le 1er prix du 46ème Concours International Instrumental de Markneukirchen en Allemagne, dans le concerto pour violon de Beethoven, et y reçoit également le prix spécial Manfred-Scherzer pour la meilleure interprétation de l’’oeuvre imposée de Max Reger. Son interprétation du concerto de Beethoven fut largement ovationnée par le public et le jury, et la presse allemande Freie Presse parle dans sa critique d’’un «Beethoven au Paradis», tel « un chant venu des anges » dans le deuxième mouvement.

En 2012, Irène obtient le prix du concours Appassionato Joël Klépal à Caen, et obtient une bourse de la Fondation Meyer.

En 2014, elle part à la Kronberg Academy en Allemagne, étudier en Further Master Studies avec Mihaela Martin, et bénéficier des conseils de musiciens éminents de la scène internationale.

Elle a été soutenue par la Fondation pour la vocation Marcel Bleustein-Blanchet, Fondation SAFRAN pour la musique, la Fondation de l’Or du Rhin, la Fondation d’Entreprise Banque Populaire, ArteMusica Stiftung.

En 2021, Irène est lauréate des auditions internationales de la Young Classical Artists Trust.